JUDO CLUB DE SAINT-AVOLD & D. A.

         

Lien vers le site AÏKIDO SAINT-AVOLD :  

                                                                          

                                                      

       Trois idéogrammes :         

   AIunification, union
                                  KIénergie vitale, souffle, esprit
                   DO: voie, cheminement.


L'Aïkido peut se traduire par l'étude et la recherche de la coordination mentale et physique de l'énergie.
C'est ainsi une excellente discipline dont la pratique régulière conduit au parfait équilibre du corps et de l'esprit.


   
"Voie de l'unification des énergies" est une des traductions les plus habituelles, mais peut-être aussi "tentative de rapprochement des esprits", ou "projet de fraternisation", ou "engagement pour une collaboration" ou "pour une coopération", ou "s'orienter vers une communion"... 

                                                                                       

   La pratique  

Les techniques d'Aïkido se pratiquent debout ou à genoux, le pratiquant utilisant des techniques de projections ou d'immobilisations pouvant être accompagnés d'atemi (coups de poings ou de pieds).

L'Aïkido utilise essentiellement l'esquive, la non résistance à l'attaque et les déplacements.

Le principe fondamental consiste à faire le vide devant l'adversaire en évitant de s'opposer directement à son attaque et en s'intégrant dans l'action qu'il a engagée.

Les mouvements d'Aïkido s'inscrivent essentiellement dans ces plans circulaires, verticaux ou inclinés, ou sous formes de spirales, suivant le type de technique employé

La pratique inclut également le travail des armes :
- Tanto : couteau
- Bokken : Sabre d'entrainement en bois
- Jō : Bâton long



  MAÎTRE MORIHEI UESHIBA 
Né le: 14 Décembre 1883
à Tanabé dans l'île de honshu.

- 1893 Son père l'initie aux méthodes de combat des Samouraïs et au maniement du sabre et de la lance.

- 1901 Il pratique avec Maître Tokusaburo Tojawa le Jujitsu à l'école Kito à Tokyo.

- 1903 Il se rend à Sakai pour étudier le sabre avec Maître Masakatsu Nakaï de l'école Yagyu, dont il fut diplomé en 1908.

- 1904 Il s'engage dans l'infanterie et il participe à la guerre entre la Russie et le Japon en Mandchourie.

- 1911 Installé à Hokkaido il rencontre Maître Sokaku Takeda qui lui enseigne les techniques secrètes de l'école Daïto, dont il obtient le diplôme de Maître en Jujitsu en 1916.

- 1919 Son père très malade, il décide de retourner à Tanabé. Sur le chemin du retour il fait la connaissance du Révérend Wanisaburo Deguchi fondateur de la religion Omotokyo.

- 1920 Son père mourut en janvier. Peiné par le décès de son père, il passe plusieurs mois à Ayabé dans le temple religieux de l'Omotokyo.

- 1922 Il étudie les techniques de Jujitsu de l'école Shinkagé, il en sort diplomé.

- 1924 Il quitte le Japon pour accompagner le révérend Deguchi en Mongolie. Il revient à Ayabé en1925 où il a, à force d'étude, la révélation de son Art.

- 1927 Il s'installe à Tokyo dans une salle de billard que met à sa disposition le prince Shimazu pour qu'il aménage un dojo.

- 1931 A Tokyo il construit un dojo qui prend le nom de Kobukai, où il enseigne jusqu'à ce que la guerre vide son dojo de ses meilleurs éléves. Il se retire à Iwama où se trouve le sanctuaire actuel de l'Aïki.

- 1946 Les Américains interdisent les arts martiaux.

- 1948 Réouverture du Kobukai qui devient le 9 février le Zaidan Honji Aïkikaï.

- 1961 Le gouvernement Japonais reconnaît officiellement l'Aïkikaï so hombu.



O SENSEI s'éteint le 26 avril 1969 un beau jour de printemps


Kote Gaeshi

--------------------------------------------------------------------------------



LA VICTOIRE DE L'AÏKIDO RESPLENDIRA
COMME LE SOLEIL LUI- MÊME

      
 

Maître Ueshiba (14 décembre 1883 - 26 avril 1969) est le fondateur de l'aïkido

En adaptant les techniques guerrières ancestrales japonaises, il a contribué, avec Jigoro Kano & Gichin Funakoshi , à la conservation de ce savoir menacé d'oubli par la modernisation de la société japonaise.

Une de ses grandes motivations était de promouvoir la paix en enseignant un art accessible à tous et basé sur la négation de la violence, l'union des efforts (un des sens de aiki ) et non leur opposition. Il était également un fervent croyant, adepte d'une secte shinto : l'Omoto Kyo.