JUDO CLUB DE SAINT-AVOLD & D. A.

       


LES REGLES DU DOJO


        Du travail, de la rigueur dans une atmosphère paisible, ceci afin de développer la vigilance (Zanshin).

La salle d'entraînement appelée Dojo, se décompose en deux idéogrammes et , le premier signifiant la voie, et le second représente l'endroit. Le Dojo est donc le lieu où l'on recherche la voie. Il est associé à un code d'éthique appelé le Dojo kun qui définit les valeurs nécessaires pour l'entraînement physique et philosophique au karaté. Il se définit comme étant l'énumération des règles (Kaisetsu) en usage dans un Dojo de karaté pour une attitude (Shisei) juste, tout au long de la progression. La conduite des pratiquants de karaté Shotokan, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du dojo, est géré par ces règles et aussi par 20 préceptes du karaté, le Niju Kun, écrit par le Maître Fondateur Gichin Funakoshi.

Le dojo, c'est l'endroit où l'enseignant partage sa passion et ses connaissances avec ses élèves. De nos jours, la dimension sportive du karaté est parfois privilégiée; il faut marquer des points, gagner des championnats et l'idée de dépassement de l'individu à tendance à être le plus souvent remplacée par le besoin de dominer les autres au lieu d'essayer de se développer intérieurement. Au dojo, il faut laisser son "Moi" à la porte.



Lorsqu'on entre dans le dojo, il faut laisser son moi à la porte. Le dojo, pendant les cours est l'endroit sacré où l'on doit tuer son EGO. Dans le dojo, on pratique la technique, on apprend à maîtriser son corps, ceci est la partie visible de l'iceberg. Le véritable combat est celui du moi.

                Gichin Funakoshi    


  

                              

                            DOJO-KUN
   Les 5 règles d'or du dojo                                                            

Hitotsu Jinkaku Kansei Ni Tsutomuru Koto.
Toujours faire preuve d'un bon caractère et d'une bonne attitude.


Hitotsu Makoto no Michi O Mamoru Koto.
Toujours faire preuve d'humilité et d'honnêteté.


Hitotsu Doryoku No Seishin O Yashinau Koto.
Toujours faire preuve d'intensité et de persévérance.


Hitotsu Reigi O Omonzuru Koto.
Toujours faire preuve de respect et de loyauté.


Hitotsu Kekki No Yuu O Imashimuru Koto.
Toujours éviter les situations violentes et les confrontations.


                                            

                                                                    CODE MORAL        


L'HONNEUR : MEIYO      

C'est la qualité essentielle. Nul ne peut se prétendre Budoka (Guerrier au sens noble du terme) s'il n'a pas une conduite honorable. Du sens de l'honneur découlent toutes les autres vertus. Il exige le respect du code moral et la poursuite d'un idéal, de manière à toujours avoir un comportement digne et respectable. Il conditionne notre attitude et notre manière d'être vis-à-vis des autres.

LA FIDELITÉ : CHUJITSU   

Il n'y a pas d'honneur sans fidélité et loyauté à l'égard de certains idéaux et de ceux qui les partagent. La fidélité symbolise la nécessité incontournable de tenir ses promesses et remplir ses engagements.

LA SINCÉRITÉ : MAKOTO

Le mensonge ou l'équivoque engendrent la suspicion qui est la source de toutes désunions. Lors du salut du karateka, vous exprimez cette sincérité.

LE COURAGE : YÛKI

La force de l'âme qui fait braver le danger et la souffrance s'appelle le courage. Ce courage qui nous pousse à faire respecter, en toutes circonstances, ce qui nous paraît juste, et qui nous permet, malgré nos peurs et nos craintes, d'affronter toutes les épreuves. La bravoure, l'ardeur et surtout la volonté sont les supports de ce courage.

LA BONTÉ ET LA BIENVEILLANCE : SHINSETSU

La bonté et la bienveillance sont des marques de courage qui dénotent une haute humanité. Elles nous poussent à l'entraide, à être attentif à notre prochain et à notre environnement, à être respectueux de la vie.

LA MODESTIE ET L'HUMILITE : KYOKEN

La bonté et la bienveillance ne peuvent s'exprimer sincèrement sans modération dans l'appréciation de soi-même. Savoir être humble, exempt d'orgueil et de vanité, sans faux-semblant, est le seul garant de la modestie.

LA DROITURE : TADASHI

C'est suivre la ligne du devoir et ne jamais s'en écarter. Loyauté, honnêteté et sincérité sont les piliers de cette droiture. Elle nous permet de prendre sans aucune faiblesse une décision juste et raisonnable.

LE RESPECT : SONCHOO

La droiture engendre le respect à l'égard des autres et de la part des autres. La politesse est l'expression de ce respect dû à autrui quelles que soient ses qualités, ses faiblesses ou sa position sociale. Savoir traiter les personnes et les choses avec déférence et respecter le sacré est le premier devoir d'un Budoka, car cela lui permet d'éviter de nombreuses querelles et conflits.

LE CONTRÔLE DE SOI : SEIGYO

Cela doit être la qualité essentielle de toute ceinture noire. Il représente la possibilité de maîtriser nos sentiments, nos émotions et de contrôler notre instinct. C'est l'un des principaux objectifs de la pratique du Karaté - Do, car il conditionne toute notre efficacité. Le code d'honneur et de la morale traditionnelle enseignée dans le Karaté - Do est basé sur l'acquisition de cette maîtrise.